6 conseils importants pour un vieillissement actif avec la maladie d’Alzheimer

En France, plus de 200 000 cas d’Alzheimer ou d’une autre forme démence sont diagnostiqués chaque année. C’est un type de démence qui provoque des troubles de la mémoire, de la pensée et du comportement. Les symptômes apparaissent généralement lentement et s’aggravent au fil du temps, devenant assez graves et interférant avec les tâches quotidiennes. Dire ou ne pas dire les choses à une personne ayant la maladie d’Alzheimer peut être une interrogation fréquente. Dans une discussion avec un patient, plusieurs règles de conduite s’imposent. Avec la maladie de votre proche, sa vie va changer, mais la votre aussi. Il va falloir trouver de nouvelles stratégies pour le quotidien. Mais tout cela doit être personnalisé à ses habitudes, à ses besoins, à sa personnalité. 

La maladie d’Alzheimer et la démence : les notions

Alzheimer est la forme la plus commune de démence, un terme général désignant des pertes de mémoire et d’autres capacités intellectuelles assez graves pour interférer avec la vie quotidienne. Cette atteinte représente 50 à 80 % des cas de démence. Ce n’est pas un processus normal du vieillissement, bien que le plus grand facteur de risque connu soit l’âge et que la majorité des personnes atteintes de la maladie aient 65 ans ou plus. Mais elle n’est pas seulement une maladie de la vieillesse. Jusqu’à 5 % des personnes atteintes en souffrent tôt. On parle également d’apparition précoce, souvent dès 40 ou 50 ans. Ce fléau s’aggrave au fil du temps. C’est une maladie évolutive dont les symptômes de démence s’aggravent progressivement au fil des ans. Aux premiers stades, les pertes de mémoire sont légères, mais à un stade avancé, les individus perdent leur capacité à tenir une conversation et à répondre à leur environnement. C’est la sixième cause de mortalité aux États-Unis. Les personnes qui en souffrent vivent en moyenne huit ans après que leurs symptômes deviennent apparents aux autres, mais la survie peut aller de quatre à vingt ans, selon l’âge et les autres conditions de santé. Elle est incurable à ce jour, mais des traitements pour les symptômes sont disponibles et la recherche continue. Bien que les traitements actuels ne puissent pas empêcher la maladie de progresser, ils peuvent temporairement ralentir l’aggravation des symptômes de démence et améliorer la qualité de vie des personnes qui en souffrent et du personnel de santé qui les accompagne. Aujourd’hui, un effort à l’échelle mondiale est en cours pour trouver de meilleures façons de traiter la maladie, retarder son apparition et l’empêcher de se développer.

Symptômes de la maladie 

Le symptôme précoce le plus courant est la difficulté à se souvenir des informations récemment apprises. Tout comme le reste du corps, le cerveau change à mesure qu’on vieillisse. La plupart des personnes viennent à penser plus lentement et ont parfois du mal à se souvenir de certaines choses. Cependant, des pertes de mémoire graves, des confusions et d’autres changements majeurs dans la façon dont fonctionne notre cerveau peuvent être un signe de défaillance des cellules cérébrales. C’est le plus précoce des symptômes, car les changements dus à la maladie commencent généralement à se produire dans la région du cerveau impliquée dans l’apprentissage. À mesure qu’elle évolue dans le cerveau, des symptômes de plus en plus graves apparaissent, comme la désorientation, des changements d’humeur et de comportement, de graves confusions concernant les événements, le temps et l’espace, des soupçons non fondés concernant la famille, les amis ou le personnel soignant, des pertes de mémoire et des changements de comportement plus graves, ainsi que des difficultés pour parler, avaler et marcher. Les personnes qui souffrent de pertes de mémoire ou présentent d’autres signes possibles de la maladie peuvent avoir du mal à reconnaître qu’ils ont un problème. Les signes de démence peuvent être plus évidents pour les membres de la famille ou les a

mis. Quiconque présente des symptômes apparentés à la démence doit consulter un médecin le plus tôt possible. Les méthodes de diagnostic et d’intervention précoces s’améliorent considérablement et différentes options de traitement et sources de soutien peuvent améliorer la qualité de vie.

Les suggestions pour maintenir un vieillissement actif maximal avec la maladie d’Alzheimer

1. Ne pas lui demander s’il se souvient de telle ou telle chose.

Tous ceux qui vivent avec des personnes âgées, face à certains signes d’oubli, devraient favoriser un environnement accueillant et sûr. Lorsqu’on discute avec  les personnes âgées, le fait de continuer à les tester pourrait les embarrasser et le fait d’avoir oublié quelque chose pourrait également les frustrer. . Évitez de poser trop de questions du type “Vous ne vous souvenez pas ?” “Je vous l’ai dit hier”. “Vous vous souvenez que je suis venu ici hier ?” Discutez avec amour et reprenez les choses clairement. Montrez-lui toujours le soutien qu’il aura et encouragez toujours l’affection et le respect pour les plaintes et les symptômes qu’il présente.

2. Face aux difficultés les plus évidentes, promouvoir certains mécanismes de soutien.

Il peut s’agir d’un très grand calendrier avec des espaces pour marquer les rendez-vous. Il faut toujours se souvenir des personnes âgées pour souligner ce qu’est la journée et quelles sont les activités de cette journée. Le calendrier peut être personnalisé pour les personnes âgées et peut être fixé dans un endroit à haute visibilité. Vous pouvez proposer un agenda pour les personnes âgées. Ou encore vous aider à gérer les agendas électroniques du téléphone portable ou des tablettes qui émettent des signaux sonores lors de chaque rendez-vous. Tout dépendra des habitudes et de l’histoire de chaque personne âgée dans sa trajectoire de vie.

3. Créer un journal intime personnalisé pour les personnes âgées, si cela est intéressant et souhaitable pour lui et sa famille.

À la fin de chaque journée ou de la semaine, notez les principaux événements. Mettre en évidence le jour de la semaine et du mois et ce qui s’est passé. Vous pouvez utiliser des images, des photos, des billets, des étiquettes, des recettes d’un aliment très spécial, entre autres informations. D’autres ressources qui peuvent étendre l’utilisation des aspects cognitifs sont les bienvenues. Ainsi, les personnes âgées et la famille peuvent accéder à l’information quand elles le souhaitent. L’écriture est toujours une activité très importante. Si nécessaire, elle peut être rédigée par une autre personne, participant activement à tout ce qu’elle a fait ce jour-là ou cette semaine.

4. Chaque fois que vous le pouvez, demandez aux personnes âgées de vous aider dans ce qu’elles savent faire et qu’elles maîtrisent.

Maintenez-le actif et réactif, surtout si les personnes âgées ne font pas de travail formel et régulier. Vous pouvez demander à la personne âgée de vous aider à nettoyer quelques objets de la maison, comme par exemple rénover une banque, peindre un tableau ou un cadre, aider le petit-fils à faire ses devoirs scolaires. Ou même accompagner votre petit-enfant dans d’autres cours de langue ou de musique, favoriser les rencontres entre générations.

5. Activités culturelles   

Promouvoir les activités culturelles comme le cinéma, le théâtre et le spectacle, fournir les programmes des centres de vie en commun et des espaces sociaux de la ville et programmer ceux qui présentent un intérêt et créer les conditions pour que les personnes âgées puissent effectivement fréquenter les espaces qui les intéressent.

6. Participer à un travail bénévole

Orienter les personnes âgées vers un travail bénévole ou les inviter à participer à une cause sociale susceptible d’éveiller leurs capacités et leurs potentialités Il est très important de renouveler les projets et les actions susceptibles de faire disparaître le sentiment d’utilité et d’importance pour les personnes âgées. Chaque situation mérite d’être analysée soigneusement et individuellement. N’oubliez pas de respecter les intérêts des personnes âgées et leurs conditions réelles pour développer chaque activité proposée. Il est très important d’examiner si les personnes âgées sont capables d’effectuer les activités proposées. Ainsi, on évite la frustration et l’abandon des initiatives. Et, en même temps, on encourage le vieillissement actif. La créativité devient essentielle pour promouvoir des actions et sortir les personnes âgées de l’oisiveté. Ainsi, il est important de favoriser de nouvelles activités dans la vie quotidienne qui encouragent les personnes âgées à rester actives et en bonne santé, même face à certains engagements que présente la phase initiale de cette maladie. 

Prévention 

Actuellement, il n’existe aucun moyen clairement efficace de la prévenir. Certaines mesures semblent toutefois contribuer à préserver les facultés cognitives et à réduire le risque de développer la maladie. Voici les plus étudiées. Il est possible de diminuer les risques d’en souffrir en intervenant médicalement, en faisant attention à ses habitudes de vie et en évitant certains facteurs de risque, comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’hypercholestérolémie et le tabagisme. L’hormonothérapie substitutive chez les femmes à l’âge de la ménopause ou la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’aspirine et l’ibuprofène pourraient assurer une certaine protection contre la maladie d’Alzheimer, selon des études de population mais les études prospectives à ce sujet se sont révélées négatives.  

Alimentation

Diverses études ont été menées afin de savoir si un régime alimentaire particulier pouvait la prévenir en retardant le vieillissement. Voici 3 avenues actuellement explorées :

– Le régime méditerranéen. Ce type de régime typique des pays qui bordent la Méditerranée protège des maladies cardiovasculaires et améliore l’espérance de vie. Il se distingue, notamment, par une grande consommation d’huile d’olive, de fruits, de légumes et de poisson et par une ingestion modérée de vin rouge. Ce régime pourrait contribuer à la prévenir. Une étude prospective menée auprès de 2 258 Américains indique en effet que les personnes dont l’alimentation se rapproche le plus du régime méditerranéen courent moins le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer. La même équipe de chercheurs a aussi remarqué que ce type de régime réduisait la mortalité associée à la maladie. Ces observations ont été confirmées en 2009 par une étude menée sur une cohorte de 1 796 Français âgés de 65 ans et plus. Selon l’étude, le régime méditerranéen est associé à un moindre déclin cognitif. Les scientifiques expliquent en partie son effet protecteur sur les neurones par son fort contenu en antioxydants. L’acide eicosapenténoïque ou EPA, un acide gras oméga-3 trouvé dans le poisson, semble être particulièrement protecteur;

– La restriction calorique. Une alimentation faible en calories retarde le vieillissement et augmente l’espérance de vie. Des scientifiques ont voulu savoir si la quantité de calories ingérées quotidiennement influençait le risque de souffrir de cette trouble. À l’occasion d’une étude prospective d’une durée de 4 ans 12, des chercheurs américains ont recueilli des données sur l’apport alimentaire de 980 personnes âgées de 75 ans, en moyenne. Au cours de l’étude, 242 personnes en ont développé. Les sujets qui consommaient le plus de calories et qui avaient un bagage génétique qui les prédisposait à cette maladie étaient plus touchés que ceux qui absorbaient le moins de calories. Des études menées sur des animaux laissent croire que la restriction calorique augmente la résistance des neurones du cerveau face à ce fléau maladif, à la maladie de Parkinson et aux accidents vasculaires cérébraux. Elle permet aussi de limiter la perte neuronale normale liée à l’âge;

– Une alimentation riche en antioxydants. De nombreuses études confirment que les antioxydants réduisent les effets néfastes des radicaux libres sur les neurones. Bien qu’il n’existe pas encore suffisamment de preuves pour recommander un régime précis permettant de faire des prévention, selon les auteurs d’une revue de littérature scientifique, certains aliments riches en antioxydants devraient être privilégiés. Les auteurs ciblent les aliments riches en acide folique, en vitamine B6 et en vitamine B12. 

Activité physique

Le bénéfice d’une activité physique régulière pour la prévention des démences et du déclin cognitif a été montré par plusieurs études épidémiologiques et des essais cliniques récents. L’un d’eux a montré qu’un programme d’entraînement physique modéré, à domicile de 3 séances de 50 minutes par semaine, ou 20 minutes de marche par jour, pendant 24 semaines, permettait d’améliorer les performances cognitives de personnes souffrant de troubles de la mémoire.