Conseils et astuces pour tenir un journal de bord

Le livre de bord du conducteur est une affaire ennuyeuse, surtout pour les indépendants et les freelances, car la création d’un tel livre de bord coûte souvent beaucoup de temps et une grande variété de règles doivent être respectées. Toutefois, ceux qui tiennent un tel registre détaillé peuvent en tirer profit lors de leur déclaration d’impôts. En général, un carnet de bord fournit une documentation structurée de chaque voyage que vous effectuez avec votre véhicule. Un carnet de bord est similaire à celui des marins ou des pilotes, qui doivent également documenter chaque mouvement de leur véhicule. Dans la plupart des cas, un carnet de route classique contient des informations telles que le lieu de départ, la date de départ, le kilométrage, la longueur de l’itinéraire, l’objet de l’itinéraire, la destination et le conducteur.

Objectif du journal de bord

Beaucoup de gens se demandent pour qui il est avantageux de tenir un journal de bord ou qui doit tenir un journal de bord sous la forme classique. En particulier, les personnes qui exercent une activité indépendante ou qui travaillent en free-lance doivent tenir un journal de bord si elles utilisent leur voiture à la fois à des fins privées et professionnelles. Dans ce cas, il faut tenir compte d’un grand nombre d’aspects pour pouvoir en tirer profit au final. Dans le cas des voitures qui sont utilisées à la fois à des fins privées et professionnelles, un large éventail d’aspects du droit fiscal doit être pris en compte, y compris la tenue d’un journal de bord. La règle dite d’un pour-cent est possible pour ce type d’utilisation de la voiture. La deuxième option consiste à tenir un journal de bord. De cette manière, la part privée est alors déterminée. En particulier pour les entrepreneurs qui utilisent la voiture presque exclusivement à des fins professionnelles, la tenue d’un journal de bord sera souvent utile, car cela se traduit par une diminution des parts privées.

Tenir un journal de bord

Pour tenir un journal de bord, il faut tenir compte d’une grande variété de facteurs. Il existe d’innombrables façons de tenir un journal de bord. La variante classique, qui est en même temps un peu démodée, est le journal de bord pré-imprimé. Vous pouvez généralement vous procurer ces informations dans les magasins de bureau et il existe un système fixe dans lequel vous pouvez inscrire vos déplacements individuels en détail. L’inscription doit être faite directement après le voyage : rapidement et si possible, elle doit être accompagnée d’éventuels reçus. En plus de la version classique, les journaux de bord électroniques sont de plus en plus populaires de nos jours. Certains entrepreneurs intègrent dans leur voiture un dispositif électronique explicitement destiné à cet effet. D’autres saisissent les trajets individuels dans un fichier informatique après chaque voyage. Toutefois, la prudence est de mise, car les voyages individuels ne peuvent pas être modifiés après la réservation. Cela signifie que souvent, le bureau des impôts n’accepte pas les fichiers Excel normaux qui peuvent être modifiés par la suite. Mais il existe un remède sous la forme d’un logiciel respectif dans lequel on peut saisir ses voyages et qui est officiellement reconnu par le bureau des impôts.

Contribuable contre le bureau des impôts

Un journal de bord doit être tenu de manière cohérente, transparente et structurée. Il ne suffit pas de tenir un journal de bord sur une période de temps représentative, il faut le conserver en permanence. Le non-respect de ces règles peut souvent entraîner des litiges entre l’assujetti et le bureau des impôts. Si un journal de bord n’est pas reconnu par le bureau des impôts, cela peut conduire à l’application de la règle du 1 %, par exemple. Des estimations, souvent plus élevées, sont également possibles.

Structure du carnet de route du conducteur

Un journal de bord est toujours structuré de manière identique. Les éléments déjà mentionnés ci-dessus doivent être contenus dans un journal de bord afin que le bureau des impôts le reconnaisse. En résumé, on peut dire que le carnet de route du conducteur est souvent classé comme un mal ennuyeux par les indépendants et les entrepreneurs. Toutefois, une documentation détaillée des voyages individuels peut permettre d’économiser de l’argent et des impôts. Il existe de nombreuses façons de tenir un journal de bord. Avec la variante classique, manuscrite, peu d’erreurs peuvent être commises. Avec la version électronique, les indépendants et les entrepreneurs doivent s’assurer que les données enregistrées ne peuvent pas être modifiées par la suite. Pour cette raison, l’utilisation d’un simple tableau est plutôt inappropriée.