Compléments alimentaires à base de L-carnosine : quelles utilisations ?

Compléments alimentaires à base de L-carnosine

La carnosine est un dipeptide composé de deux acides aminés la bêta-alanine et l’histidine, d’où son appellation scientifique β-alanyl-L-histidine. Cette molécule, qui résulte de la digestion de la viande, possède de nombreuses vertus, si bien que les compléments alimentaires à base de Carnosine sont très demandés tant pour des traitements que pour le bien-être.

L’organisme et la carnosine

Avant de parler des effets de la carnosine, il convient de connaître sa relation avec l’organisme humain. Comme chez tous les mammifères, on en rencontre une plus grande concentration dans le cerveau et dans les tissus musculaires (surtout les muscles cardiaques). Elle assure le bon état des muscles en protégeant les parois des cellules qui les constituent. Cette concentration et cette fonction de la carnosine nous informent déjà de son importance, comme elle affecte des éléments critiques de notre organisme (cerveau, cœur et muscles). Cependant, il faut comprendre que sa concentration diminue beaucoup avec l’âge, car de 10 à 70 ans, le taux de carnosine d’une personne baisse d’environ 60 %. Ce qui se constate avec le relâchement et la diminution de la masse musculaire.  Une autre fonction de la carnosine dans l’organisme est également son opposition à la glycation. Ce phénomène, rappelons-le, accélère le vieillissement des tissus et favorise le développement de maladies, notamment l’insuffisance rénale. Par conséquent, la présence de cette substance affecte favorablement la longévité et le bien etre, selon www.laboratoire-naturoscience.fr.

Ses effets thérapeutiques

Son étroite relation avec le bien-être de notre organisme indique déjà que de la carnosine produit plusieurs bienfaits thérapeutiques. Sa première vertu concerne son pouvoir antioxydant. De nombreuses recherches ont démontré que cette molécule agit sur différents oxydants (radicaux libres, ERO, aldéhydes alpha-bêta insaturés) en les capturant et en bloquant leurs pouvoirs oxydants. Toutefois, bien qu’on la retrouve dans la viande, ces mêmes recherches ont démontré que manger de la viande n’est pas le meilleur moyen d’en consommer. En effet, l’activité antioxydante de la viande est au minimum 8 fois inférieur au vin rouge, sans compter l’apport important en méthionine, essentielle mais également nocive pour le corps. Ainsi, sa prise en tant que complément alimentaire reste la meilleure solution.

Un autre bienfait de la carnosine se rencontre dans le traitement et la protection du système cardiovasculaire. Les analyses en laboratoires ont démontré que cette molécule protège efficacement les muscles cardiaques contre les toxines présentes dans l’organisme. Ainsi, la carnosine est préconisée en accompagnement d’une longue chimiothérapie, comme les médicaments font également partie des toxines contre lesquels il protège le cœur. Il a été également conclu que la carnosine a un rôle régulateur sur la glycémie. Une prise journalière pendant une période donnée a régulé l’hyperglycémie et l’hypertension des animaux diabétiques sur lesquels on l’a testé. Par ailleurs, elle stimule la production d’insuline chez le diabétique, la source même du problème, et inhibe la néphropathie diabétique (cause de l’insuffisance rénale). De plus, l’administration de carnosine sur une personne saine prévient le diabète.

Posologie et dosage

La carnosine se détériore très rapidement dans notre organisme, sous l’effet de l’enzyme carnosinase. Ainsi, il est important de le consommer à une dose plus importante que la capacité de réduction de l’enzyme qui hydrolyse 250mg de ce peptide très rapidement. Par conséquent, le dosage recommandé est de 1 000 mg par jour, mais peut être augmenté à 1 500 mg si l’on suit bien la posologie. En effet, 500 mg de carnosine est éliminé par l’organisme toutes les 5 heures, alors on peut prend 3 gélules dont la prise est espacée d’au moins 5 heures chacune. En général, on prend une gélule de carnosine 500 mg 30 min avant le déjeuner et l’autre 30 min avant le dîner. En cas d’un traitement à 1 500 mg/j, la troisième (ou la première) prise se fera avant le petit-déjeuner. Pour les personnes fragiles d’estomac, il est possible de consommer le complément durant le repas.